Instrument particulier de Dieu

Parmi les nombreux pouvoirs et privilèges dont Dieu a comblé ses prêtres, les deux offices les plus grands sont celui de dire la Messe et celui de pardonner les péchés. Aussi pour cela, les fidèles doivent respecter filialement au plus haut point ces ministres choisis par Dieu.

L’offrande de la Messe, et donc le renouvellement du sacrifice du Christ sur la Croix, constitue la dignité première du prêtre. Alors qu’il est plongé dans la liturgie sacrée, le prêtre assume le rôle du Fils de Dieu, s’offrant lui-même avec amour au Père au nom de toute l’humanité. Quand le prêtre récite les paroles de la consécration, il reproduit le sacrifice du Christ au Calvaire, séparant lui-même le Précieux Sang du Christ de son saint Corps. Alors, le prêtre prend littéralement Dieu dans ses mains et l’élève bien haut pour permettre aux gens d’adorer leur Sauveur.

Le prêtre, en plus d’être l’instrument particulier que Dieu utilise pour se manifester quotidiennement à l’Église, distribue aussi la grâce divine en donnant la communion aux fidèles. Les gens reçoivent donc Dieu directement des mains du prêtre.

La dignité du prêtre n’est cependant pas limitée à la seule Messe; il partage également une autre prérogative divine lorsqu’il pardonne les péchés par le sacrement de Pénitence. Lorsqu’il a dit à ses apôtres que les péchés sont pardonnés à ceux à qui ils les pardonnent et qu’ils sont retenus à ceux à qui ils les retiennent, le Christ a clairement déterminé que le moyen normal pour retrouver la grâce divine est l’absolution du prêtre. Ainsi, la voie ordinaire qu’une âme emprunte pour passer de la mort du péché à la vie de la grâce est le sacerdoce catholique. Seules les âmes en état de grâce peuvent entrer au paradis; Dieu a donc confié aux prêtres les clés mêmes du ciel.