Pour Qu'il Règne 131 IV° trim 2017, Le Bolchevisme

Centenaire de la révolution russe (1917 - 2017)

AU SOMMAIRE : Pour une solution spirituelle et surnaturelle. Il y a cent ans, le communisme à l'assaut. La Russie répandra ses erreurs dans le monde. Témoignage d'un prêtre au Goulag. Retraite avec Saint-Jean : l'Esprit de Vérité et d'Amour. Catéchisme de Saint-Pie X : la création de l'homme. Lettre n°88 de Mgr Fellay aux Amis et Bienfaiteurs. Nouvelles de l'Eglise et du monde. Réconciliation de l'église Saint-Willibrord à Utrecht. Chronique du Prieuré

Editorial

Pour une solution spirituelle et surnaturelle

Ces trois révoltes contre Dieu : le Luthéranisme (1517), la Franc-maçonnerie (1717), le Communisme athée (1917) sont trois moments de la même révolution satanique qui institutionnalise le « non serviam » 1 de Lucifer, dans la vie des nations et des individus.

La révolution bolchevique de 1917 et son marxisme-léninisme, autrement dit le communisme, ont cédé la place au marxisme culturel : nouvelle version du totalitarisme athée et matérialiste, désormais répandu dans le monde entier. Face à ce mal du siècle, apparaît victorieux le Cœur Immaculé de Marie, messagère de Dieu pour donner à ses fidèles, grâce et miséricorde au temps opportun.

L’année 2017 a évoqué les centenaires de ce tryptique satanique mais surtout a célébré le centenaire des apparitions mariales à Fatima. Notre conviction en a été affermie : les phases de ce tryptique sont autant d’étapes où le monde et hélas à sa remorque, l’institution humaine de l’Eglise Catholique, ont plongé plus avant dans le matérialisme c’est-à-dire dans une perspective de la vie humaine bornée par l’horizon terrestre. La crise actuelle est spirituelle. Nos sociétés sont dans un état de mort spirituelle, réduites à un état quasi végétatif. La désacralisation et le laïcisme ont détruit la dimension verticale, c’est-à-dire transcendante, de l’humanité condamnée à traîner sur la terre : « Notre ventre adhère à la terre » 2.

Dans cette crise, chacun doit réagir selon ses capacités, avec les bons remèdes : à malheur spirituel, remède spirituel. Ce n’est pas dire que le remède est exclusivement spirituel, non ! Il faut travailler à tous les niveaux de la société parce que cette crise spirituelle a aussi ravagé les domaines subalternes. Mais il faut attaquer le mal à sa racine qui est le matérialisme. L’antidote à ce matérialisme est spirituel et surnaturel. Cet antidote a la priorité logique sur tous les autres bons remèdes. Donc la réaction spirituelle et surnaturelle est première dans l’intention, elle doit inspirer toutes les autres actions, et aussi souvent que possible demeurer la première dans l’exécution. Par exemple : réagir à un projet de loi immorale requiert d’abord un argumentaire qui est œuvre de l’intelligence puis un plan d’action ; enfin l’action elle-même. A l’abêtissement par le matérialisme, il faut répondre par l’exercice de l’intelligence : lire, étudier, réfléchir. Personne n’est dispensé, car l’intelligence définit l’homme.

De plus, comme cette révolution est satanique, elle ferme l’homme à l’ordre surnaturel : être enfant de Dieu par la grâce de l’adoption divine. Il faut donc porter son intelligence et sa volonté en Dieu, par le mouvement de la grâce surnaturelle. La Sainte Vierge Marie nous offre son Cœur Immaculé comme le refuge contre cette révolution où les hommes risquent de se perdent éternellement en Enfer. Avec Elle et en Elle, la réaction sera surnaturelle. Au plan personnel, ce sera une fervente vie de prière et de la pénitence. Au plan social, ce sera la consécration des institutions à son maternel empire. Enfin l’Eglise aura à obéir à ses maternelles injonctions si longtemps méprisées. Ainsi sera hâté le triomphe du Cœur immaculé Marie et en conséquence le triomphe de la destinée surnaturelle du genre humain.

En ce Cœur immaculé, l’Enfant-Jésus s’est préparé pour se manifester à Noël comme Lumière du monde ; laissons-Le éclairer nos intelligences et enflammer nos cœurs. Tels sont mes vœux les meilleurs de nouvel an à l’adresse de nos lecteurs.

Abbé Patrick Duverger, Supérieur de District

  • 1. « Je ne servirai pas ». Lucifer, le chef des démons, exprima ainsi sa révolte contre Dieu.
  • 2. Ps 43,24 : Introït du Dimanche de la Sexagésime