La gracieuse histoire de la petite Anne de Guigné

06 Février, 2020
Provenance: fsspx.news

Les éditions de Chiré ont réédité La gracieuse histoire de la petite Anne de Guigné, écrite par le R.P. Etienne-Marie Lajeunie (1886-1964), de l’Ordre des Frères prêcheurs, et publiée en 1924 aux éditions de la Vie spirituelle. L’auteur collabora à La Vie spirituelle, revue dominicaine fondée en 1919 à Saint-Maximin par le père Marie-Vincent Bernadot et fut avec ce dernier, en 1928, le cofondateur de la revue La Vie intellectuelle. 

Dans la préface de ce petit opuscule, le R. P. Edouard Hugon, maître en théologie et professeur au Collège angélique de Rome, montre que la « psychologie thomiste nous fait comprendre que sainte Rose de Lima ait dès l’âge de cinq ans consacré à Dieu sa virginité par un vœu et que la bienheureuse Thérèse de l’Enfant-Jésus ait pu écrire : “Oui, depuis l’âge de trois ans, je n’ai jamais rien refusé au Bon Dieu”. C’est d’après les mêmes principes que nous pourrons expliquer en la petite Anne de Guigné (1911-1922) les actes si élevés que vous nous racontez ». 

Enfant rappelée à Dieu à l’âge de 10 ans, le R.P. Hugon n’hésite pas à lui appliquer les paroles de l’Apôtre : c’est en elle qu’apparaissent la grâce, les agréments et, pour ainsi dire, le charme du Sauveur Jésus. 
 
« En vérité, je vous le dis, à moins que vous ne vous convertissiez, et que vous ne deveniez comme de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme cet enfant, sera le plus grand dans le royaume des cieux » (Mt 28, 3-4). Anne de Guigné n’est pas seulement un modèle à suivre pour les enfants ; elle nous prend tous à partie. 

En 1915, un an après le début de la guerre, alors que les combats s’enlisent dans les tranchées, toutes les familles de France savent qu’une visite d’un officier d’état civil ou d’un membre du clergé dans un foyer signifie l’annonce d’une mort au champ d’honneur. Aussi lorsque le 29 juillet 1915, Mme de Guigné voit le curé d’Annecy-le-Vieux, l’abbé Métral, venir frapper à la porte de sa demeure, elle comprend que son mari, déjà blessé à trois reprises, ne reviendra plus. 

« Anne, si tu veux me consoler, il faut être bonne », dit-elle à sa fille âgée tout juste de quatre ans et aînée de ses quatre enfants. A partir de cet instant, l’enfant jusqu’alors volontiers désobéissante, orgueilleuse et jalouse, va mener, avec acharnement et continuité, un combat de tous les instants pour devenir bonne, combat de sa transformation intérieure qu’elle gagnera grâce à sa volonté certes, mais surtout – et c’est elle qui nous le dit – par la prière et les sacrifices qu’elle s’impose. 

Anne de Guigné meurt à l’aube du 14 janvier 1922 après ce dernier échange avec la religieuse qui la veille : « Ma sœur, puis-je aller avec les anges ? – Oui, ma belle petite fille – Merci, ma sœur, Oh ! merci ! » 

Cette petite fille est une “sainte”, tel est alors le verdict général. Les témoignages affluent, des articles paraissent et l’évêque d’Annecy ouvre en 1932 le procès de béatification.  

Etienne-Marie Lajeunie, La gracieuse histoire de la petite Anne de Guigné, Ed. Chiré, 2019, 132 p., 13€. Editions de Chiré, BP 70001, 86190 Chiré-en-Montreuil – www.chire.fr