Les louanges des Papes

Depuis le bref de louange des Exercices sous Paul III, tous les Papes -trente-huit- qui se sont succédé depuis (sauf ceux qui ont eu des pontificats très courts) ont renouvelé cette approbation et ces encouragements à suivre les Exercices Spirituels.

Le pape Paul III, le 31 juillet 1548, approuvait ces Exercices Spirituels et tout ce qu’ils renferment, "exhortant, dans le Seigneur, de tout son pouvoir, les fidèles à faire usage d’Exercices si remplis de piété et à se former sur des enseignements si salutaires".

Pie XI proclama Saint Ignace Patron Céleste des Exercices Spirituels.
Il écrivit : "Dans la retraite de Manrèse, Saint Ignace apprit de la Mère de Dieu elle-même comment il devait combattre les combats du Seigneur. Ce fut comme de ses mains qu’il reçut ce code si parfait – c’est le nom qu’en toute vérité nous pouvons lui donner – dont tout bon soldat de Jésus-Christ doit se servir… Tout y est disposé avec tant de sagesse, tout est en si étroite coordination que, si l’on n’oppose pas de résistance à la grâce divine, ils renouvellent l’homme jusque dans son fond et le rendent pleinement soumis à la divine autorité. (Meditantibus nobis, 1922).

Pie XI consacra entièrement son Encyclique Mens nostra à leur pratique. "L’admirable livre des Exercices, si mince de volume, mais si lourd de sagesse céleste, s’est imposé avec éclat comme le code le plus sage et le plus universel des lois du salut et de la perfection des âmes, comme la source intarissable de la piété la plus élevée et la plus solide, comme un aiguillon irrésistible et un guide très averti pour aider les âmes à se réformer et atteindre les sommets de la vie spirituelle." (Mens nostra, 1929)

Pie XII : "Toujours, dans tous les cas, pour toutes les personnes, il y aura [dans les Exercices] une participation à ce fruit qui consiste à ordonner sa vie, après avoir ‘triomphé de soi-même’, en écartant de soi tous les sentiments désordonnés… pour ‘chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie’ ; on en sortira toujours avec une plus grande pratique de la prière et de l’examen de conscience, avec un plus grand désir de mortification, avec une formation morale plus profonde ; celui qui a fait les Exercices se sentira ensuite plus disposé à pouvoir ‘en tout aimer et servir sa divine Majesté’ ; enfin celui qui a bien fait une retraite se sentira toujours poussé à faire un grand pas en avant sur le chemin de la perfection chrétienne." (Discours à l’Œuvre des Exercices Paroissiaux, 1956).

Jean-Paul II : "Les Exercices sont d’autant plus nécessaires que l’évolution du style de vie semble soustraire à l’homme moderne le temps et la possibilité de réfléchir sur soi-même… Qui, si ce n’est l’esprit du Christ, peut donner son intégrité à la conscience humaine ? Et qui, si ce n’est l’Église, peut clarifier les termes de la réconciliation, de la paix intérieure, de la pureté de l’âme ? Et qui peut conduire à la vraie connaissance de Dieu et du Christ sinon la méditation silencieuse et priante ?" (Discours à la Fédération des Exercices, 1989)

Enfin le Pape François : "Proposer les Exercices spirituels, cela veut dire inviter à faire l’expérience de Dieu, de son amour, de sa beauté. Ceux qui les vivent de ma­nière authentique subissent l’attraction de Dieu et en ressortent transfigurés. Quand ils reprennent leur vie ordinaire, leur ministère, leurs relations quotidiennes, ils por­tent avec eux le parfum du Christ." (Radio Vatican, 2003)

Ces exercices ont stimulé saint François de Sales, saint Charles Borromée, saint Vincent de Paul, Don Bosco, sainte Thérèse d’Avila, ou encore sainte Thérèse de Lisieux.