Les Uniates rendent hommage à leurs martyrs victimes du communisme

09 Janvier, 2019
Provenance: fsspx.news
Célébration d'une liturgie clandestine dans une chapelle construite durant la nuit au coeur de la forêt, vers Lviv pendant les années 80.

L’Institut d’histoire de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne (IHE) publie, pour son 25e anniversaire, un Livre noir de la persécution anti-catholique perpétrée par le pouvoir soviétique dans le pays au cours du XXe siècle. 

Unie à Rome depuis 1596, l’Eglise dite uniate, persécutée sous Lénine, fut interdite par Staline qui l’intégra de force à l’orthodoxie en 1946. Seul un tiers du clergé accepta de rejoindre le Patriarcat de Moscou, aux mains du pouvoir soviétique. La plupart se résigna à l’exil à l’étranger. Pour une minorité de clercs, estimée à 10%, ce fut le choix de la clandestinité, avec le risque de payer le prix fort dans les goulags. 

Ce Livre noir de la persécution anti-catholique puise dans un fonds considérable collecté par l’IHE : 9 000 photographies, 5 000 documents et 2 281 entretiens, soit 150 000 pages de dépositions retranscrites. L’ouvrage montre les ordinations dans les camps de concentration, la préservation du monachisme, la tenue des offices dans les forêts, les études au séminaire clandestin, mais aussi la surveillance et la répression du clergé, et les prêtres morts en déportation. 

Si la chute du régime communiste a permis, le 1er décembre 1989, la renaissance officielle de l’Eglise gréco-catholique d’Ukraine, d’autres combats restent à mener, et parfois même à l’intérieur de l’Eglise - ce qui est paradoxal - surtout depuis que le pape François, recevant le 30 mai 2018 une délégation du Patriarcat de Moscou, a fermement rejeté l’uniatisme, comme « chemin d’unité aujourd’hui ». Comme s’il pouvait exister une autre voie pour favoriser l’unité de l’Eglise que celle de l’extinction des hérésies et du retour des schismatiques à l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique, fondée sur Pierre (cf. Mt. 16, 18). 

Lidiya Houbytch et Svitlana Hourkina, Persécutés pour la Vérité : Les gréco-catholiques ukrainiens derrière le rideau de fer, éditions de l’Université Catholique d’Ukraine, 192 pages, 40 €.