Le miracle du soleil à Fatima

13 Octobre, 2019
Provenance: fsspx.news

A Fatima, au Portugal, la Sainte Vierge est apparue sept fois à trois pastoureaux – François, Lucie et Jacinthe – entre le 13 mai et le 13 octobre 1917.

Le 13 septembre, devant une foule estimée à 25 ou 30.000 personnes, la Mère de Dieu recommande aux enfants de continuer à dire le chapelet « afin d’obtenir la fin de la guerre. En octobre, Notre Seigneur viendra, ainsi que Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du Carmel et saint Joseph avec l’Enfant-Jésus ; Il bénira le monde. » Puis, sollicitée par les nombreuses demandes de guérison, et afin que la réalité des apparitions soit connue de tous, la Vierge annonce que, le mois suivant, elle fera un grand miracle. Avant de remonter au Ciel, elle déclare : « En octobre, je ferai le miracle, pour que tous croient ».
 
La dernière apparition de Notre-Dame à Fatima eut donc lieu le 13 octobre 1917. Une foule immense, de plus de 50.000 personnes, avait fait le déplacement. De nombreux incroyants, des francs-maçons, des socialistes se mêlaient à la masse des pèlerins et des simples curieux.
 
Le temps était mauvais, il pleuvait et le terrain de la Cova da Iria, piétiné comme jamais, était boueux. Le chapelet fut récité avant que n’apparaisse la Sainte Vierge aux enfants. Comme à chaque fois, une variation de lumière, annonciatrice de l’apparition, fut distinguée par les témoins. Au-dessus du chêne-vert, la Vierge immaculé se met à dicter ses volontés, fidèlement rapportées par Lucie : « Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue toujours à réciter le chapelet tous les jours. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux ».

Puis les enfants formulent plusieurs demandes de guérison, qui sont autant de commissions que des fidèles leur ont confiées : « Les uns guérirons, les autres non, car il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon de leurs péchés. Il faut cesser d’offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé », dit Notre-Dame. C’est là l’essentiel du message de Fatima, avec le remède qu’est la dévotion au Cœur immaculé de Marie. Puis la Vierge s’élève et projette un rayon de lumière vers le soleil, vers lequel tous alors se tournent.

La danse du soleil

La pluie cessa à l’instant, les nuages se dispersèrent, un ciel clair apparu. De manière inattendue et inexplicable, toute la foule présente put alors regarder directement le soleil sans risque de se brûler les yeux ni sans en être aucunement incommodé. Devant ce si grand miracle, défiant toutes les lois de la nature, il y eut un grand silence. Mais brusquement l'astre se mit à trembler avec des mouvements saccadés. Puis il tourna sur lui-même à une vitesse vertigineuse, en lançant des gerbes de lumière de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Il semblait s’approcher de la terre, dans un mouvement rapide de rotation, zigzaguant, au point que la foule se mit à crier. Tous se mirent à genoux, implorant le ciel. Certains s’évanouirent. Finalement tout s’arrêta et le soleil reprit son cours normal et naturel. En quelques minutes, les vêtements trempés par la pluie se retrouvaient complètement secs.

Plus de 50.000 personnes, croyants ou non, furent témoins de ce phénomène. Pourtant aucun observatoire astronomique ne l’a enregistré, ce qui manifeste son caractère préternaturel. Les journalistes présents sur place l’ont vu et raconté. Même des personnes qui se trouvaient à plusieurs kilomètres de Fatima l’ont constaté, ce qui ruine l’hypothèse d’une illusion d’optique ou d’une hallucination collective.
 
Avelino de Almeida fit paraître son témoignage le 15 octobre 1917 dans le journal O Século. Rédacteur en chef de ce journal libéral et anticlérical, il eut la franchise d’écrire loyalement ce qu’il avait vu : « Mais voici que jaillit une clameur immense, et ceux qui sont plus près de la foule l’entendent crier : ‘Miracle ! Miracle ! Merveille ! Merveille !’... Aux yeux éblouis de ce peuple, le soleil a tremblé, le soleil a eu des mouvements insolites et brusques en dehors de toutes les lois cosmiques, ‘le soleil a dansé’, selon l’expression typique des paysans. Miracle comme criait le peuple ? Phénomène naturel comme disent les savants ? Pour l’instant je ne me soucie pas de le savoir, mais seulement d’affirmer ce que j’ai vu ».
 
Quant aux voyants, ils purent admirer trois visions grandioses durant les quelques minutes que dura ce miracle cosmique.

A côté du soleil apparut d’abord la Sainte Famille : saint Joseph avec Notre-Dame et l’Enfant-Jésus, qui bénissait le monde en faisant un geste en forme de croix. Puis les enfants virent Notre-Dame des Sept Douleurs avec Notre-Seigneur Jésus-Christ qui, à nouveau, bénissait le monde. Enfin apparut seule Notre-Dame du Mont-Carmel.
 
Telle fut la dernière des apparitions de Notre-Dame à Fatima, il y a plus de cent ans, le 13 octobre 1917.