Lobby pro-avortement : une odieuse propagande

03 Décembre, 2018
Provenance: fsspx.news

Outre-Atlantique, le lobby pro-avortement jette bas les masques : l’une de ses dernières campagnes publicitaires présente l’enfant à naître comme le fruit d’un choix eugénique décomplexé, impliquant l’élimination de l’embryon non désiré. 

La publicité dure moins d’une minute. Au-delà, l’attention d’un citoyen moyen connecté du XXIe siècle risque fort de s’émousser et d’aller regarder ailleurs. 

Apparaît à l’image un nourrisson, coiffé d’un bonnet de laine blanche, souriant, avec une musique de berceuse en fond sonore. 

Quelques slogans se succèdent à l’écran : elle mérite d’être aimée, puis, elle mérite qu’on la désire. Le spectateur est forcément conquis devant ce qui semble être une campagne en faveur du droit à la vie, de la natalité, de la mise au monde d’un enfant.  

Las ! La dernière phrase s’abat tel le couperet de la guillotine sur la nuque du condamné : elle mérite d’être le fruit d’un choix : soutenez le planning familial. L’écran noir marque la chute sordide de ce qui n’est qu’un odieux détournement. 

Cette publicité - l’une des premières dans le genre à vendre froidement l’eugénisme comme on vend un baril de lessive - a été réalisé par l’Agenda Project, une agence créée en 2010 aux Etats-Unis. Son but est « de créer un réseau politique puissant, capables de ramener les Américains moyens au cœur du débat politique (…) en partageant les idées les plus efficaces », proclament ses statuts. 

Jusqu’ici, le crime était presque parfait : le lobby pro-avortement aimait à maquiller son idéologie de sophismes allant de la protection de la femme à la lutte contre la pauvreté, en passant par la sauvegarde de l’écologie. Désormais, il abat toutes ses cartes, osant associer l’avortement à l’amour des enfants. Plus c’est gros, plus ça passe...