Bénin : un évêque prescrit le port de la soutane

02 Juin, 2017
Provenance: fsspx.news

Une lueur d’espérance vient une fois de plus de l'Afrique : l’évêque de la capitale du Bénin vient de décréter que tous les prêtres de son diocèse devraient à l’avenir porter la soutane.

Le droit de l’Eglise prescrit à tous les clercs de porter un habit ecclésiastique convenable selon la coutume du lieu (canon 284 du Code de 1983 ; reprenant le canon 136 du Code de 1917). Ce devoir a la même portée universelle que la loi qui le prescrit : la raison en est que l’habit ecclésiastique met en relief la consécration du ministre de Jésus-Christ. 

Malheureusement, dans un Occident matérialiste et de plus en plus sécularisé, le port de la soutane, habit du clerc par excellence, n’est plus la règle commune, loin s’en faut ; aussi est-il réjouissant de voir le tout récent décret qu’un jeune évêque béninois vient de promulguer. Mgr Aristide Gonsallo est évêque de Porto-Novo, la capitale du pays. Le diocèse a été érigé en 1955 et couvre les deux départements actuels de l’Ouémé et du Plateau, sur une superficie de 5.541km2, pour une population de plus de 1.137.000 âmes. 227 prêtres y sont actuellement incardinés. 

S’appuyant sur le droit de l'Eglise, le prélat vient de décréter, dans une lettre datée du 9 mai 2017, que : 

 1 – L’habit ecclésiastique normal de tout clerc (diocésain, religieux, membre clérical d’une société de vie apostolique ) dans le diocèse de Porto-Novo est uniquement la soutane ; 

2 – Le port de la soutane est obligatoire : 

• Pour la célébration ou l’administration de tout sacrement et surtout celui de l’Eucharistie ; (…) 

• Durant tout rassemblement de clercs et toute assemblée avec participation de clercs tant au niveau diocésain que décanal ou paroissial (…) ;  

• Aux endroits où les fidèles sollicitent le clerc pour l’exercice du ministère sacerdotal ; 

• En venant à l’évêché, quel que soit le moment et le motif ; 

• En tout lieu où l’identité du prêtre peut être mise en doute. 

Il est à souhaiter que la courageuse décision de Mgr Gonsallo soit suivie par beaucoup de ses confrères dans l’épiscopat.

Loin d’être un symbole rétrograde issu des brumes d’un passé révolu, la soutane est ce signe rassurant et distinctif qui a pour but non seulement de contribuer à garder le prêtre vigilant dans son comportement extérieur et dans son apostolat, mais aussi et surtout, elle est un témoignage public qui rappelle la présence de Dieu et manifeste la consécration toute particulière de son ministre à Notre Seigneur Jésus-Christ.