Belgique : une abbaye défend sa bière « trappiste authentique »

05 Juillet, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality
Brasserie de l’abbaye Notre-Dame de Saint-Remy

Depuis plus de dix ans un différend oppose l’abbaye trappiste Notre-Dame de Saint-Remy à Rochefort (province de Namur), à l’entreprise minière Lhoist.

Cette dernière souhaite poursuivre l’exploitation du puits de calcaire La Boverie, situé près du monastère, jusqu’en 2046. L’exploitation menace la source de la Tridaine à laquelle l’abbaye puise l’eau pour sa brasserie depuis 1892.

Cette source est alimentée par la nappe phréatique située à proximité de l’abbaye. Aucun traitement chimique, physique ou autre n’est appliqué à cette eau naturellement pure. Une décision de justice en appel permet aux religieux de garder cette source avec laquelle ils brassent une bière « trappiste authentique ».

Plus d’eau : plus de bière ! Cela aurait été la fin de l’une des onze bières au monde qui sont labélisées « trappiste authentique ». La Cour d’appel de Liège a décidé que, bien que la source appartienne au propriétaire de la mine, celui-ci n’a pas le droit, selon un contrat datant de 1833, de couper l’approvisionnement en eau du monastère.

De plus, selon les moines, les plans d’expansion du géant minier mondial violent un accord datant de 1984, selon lequel la société n’est pas autorisée à exploiter des mines en dessous d’une profondeur, déjà atteinte, de 220 mètres ; l’eau de la source se situe à plus de 211 mètres. Pour leur défense, les trappistes avaient en 2013 lancé une campagne en ligne : “Sauvez la source Tridaine”.

Les trappistes de Rochefort produisent chaque année des dizaines de milliers d’hectolitres de bière forte, dont les arômes fruités et caramélisés sont loués par les connaisseurs. Cette bière semble être sauvée, provisoirement. Car l’entreprise minière étudie la possibilité de faire appel de l’arrêt de Liège devant la Cour de cassation.

Le label “Authentic trappist product”, créé en 1998 et conféré par l’Association internationale des trappistes, authentifie l’origine de la bière. La production doit être maintenue dans l’abbaye, les bénéfices destinés aux œuvres caritatives de la communauté monastique, et la production doit être supervisée par des moines.

C’est pourquoi, la bière belge d’Achel a perdu ce label avec le départ des deux derniers moines de l’abbaye Saint-Benoît d’Achel (province de Limbourg), pour rejoindre l’abbaye Notre-Dame du Sacré-Cœur de Westmalle.

En Belgique, cinq brasseries produisent des bières “Authentic trappist product” : Chimay (abbaye Notre-Dame de Scourmont), Orval (abbaye Notre-Dame d’Orval), Rochefort (abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy), Westmalle (abbaye Notre-Dame de la Trappe du Sacré-Cœur) et Westvleteren (abbaye Notre-Dame de Saint-Sixte).

Six autres bières bénéficient de ce label : La Trappe (abbaye Notre-Dame de Koningshoeven) et Zundert (abbaye Notre-Dame du Refuge) aux Pays-Bas ; Spencer (abbaye Saint-Joseph, Etats-Unis), Engelszell (Stiff Engelszell, Autriche), Tre Fontane (Monastère de Saint-Vincent et Saint-Anastasius aux Trois Fontaines, Italie) et la Tynt Meadow brassée depuis 2018 à l’abbaye du Mont Saint-Bernard en Angleterre.

L’abbaye Notre-Dame de Saint-Remy