Bienheureux ceux qui sont malades

06 Décembre, 2020
Provenance: FSSPX Spirituality

Travailler est bien,

prier est mieux,

souffrir est le meilleur.

(Abbé E. Poppe)

Zalig ziek zijn - Bienheureux ceux qui sont malades est le titre d'un livre écrit par le Père A. Simons en 1942. En ce temps de pandémie, il est très important de prier plus particulièrement pour les malades, de penser à eux et de les soutenir. C'est pourquoi vous pouvez lire la traduction de la préface de ce livre ici. Les courts chapitres de cet ouvrage seront publiés sur ce même site de manière hebdomadaire. N'oublions pas non plus le personnel soignant dans nos prières et nos sacrifices! Que Dieu et Notre-Dame restent toujours à leurs côtés.

Introduction

Naturellement, j’ignore ceux qui mettront la main sur ce petit livre; mais peut-être que certains regarderont le titre avec un sourire en coin: "Une nouvelle béatitude?! ... Quelle bêtise!" et le livre lui-même comme produit morbide d'une psychose surmenée voire hystérique.

Mais alors je lui demanderais de lire d'abord le dernier chapitre, où l'éloge se fait de la santé de l'esprit et du corps, selon le vieil adage éprouvé et vrai: "Mens sana in corpore sano", et il lui sera alors évident que ces mots ne signifient pas la glorification de la maladie comme un but et une condition nécessaire, mais seulement comme la fièvre qui, par un procédé de purification, nous fait obtenir une force plus grande.

Contrairement à l'opinion de nombreux profanes, la fièvre contribue au retour à la santé dans un corps menacé par les germes de la maladie.

Ici, nous considérons la maladie avant tout comme un processus de purification surnaturelle, comme une opportunité bienvenue et bénéfique pour rectifier les nombreuses anomalies dans notre pensée et notre action, et, pour augmenter la force et la croissance de la santé du corps et de l'âme.

A cette fin, dans ces quelques chapitres seront indiqués les bienfaits qui, à mon avis et par expérience, à la fois naturelle et surnaturelle, peuvent résulter d'une maladie bien utilisée.

Que votre Nom soit sanctifié.

M. Van Hoek

 

Bien que Votre première poignée de main soit difficile,

là où maladie et douleur se faufilent;

bien que nous ayons d’autres souhaits et d’autres chemins;

Il est plus sûr de tenir Votre main

Ô Seigneur! Vous savez ce dont Votre enfant a besoin,

Vous aimez pour lui, la meilleure route, le meilleur moyen.

Je le sais, Seigneur, maintenant que j'ai été affligé.

Je n'ai pas eu à demander

Ce qui serait bon pour moi

La douleur amère est la voie

qui compte des heures, des jours et des années.

Mes doutes se sont estompés

quand ils sont arrivés.

Que Votre nom soit sanctifié.