Coronavirus

13 Mars, 2020
Provenance: District des Benelux

Dispositions du 19/03 pour le District du Benelux

Parce Domine, Pace populo tuo ! Epargnez Seigneur ! Epargnez votre peuple !

Que les fidèles fassent de leur mieux pour appliquer les dispositions prises par les autorités civiles dans l’effort commun contre l’épidémie. A ces dispositions pratiques, vécues en esprit de pénitence, doit s’ajouter la prière pour implorer Notre-Seigneur-Jésus-Christ, la Divine Miséricorde.

Tant que les églises peuvent demeurer ouvertes pour la prière et la méditation personnelles, nos églises et chapelles le sont aussi, aux jours et aux heures habituelles, autant que possible selon les conditions locales. Les prêtres y maintiennent leur présence pastorale. Toutefois les messes et les cérémonies liturgiques publiques sont toujours suspendues : les prêtres continuent de célébrer leur messe privée mais en dehors des heures d’ouverture et sans rassemblement de fidèles.

Par conséquent, les fidèles sont relevés de l’obligation d’assister à la messe, le dimanche et les fêtes d’obligation. Mais ils restent tenus de sanctifier ces jours, par un temps de prière conséquent à la maison. Pour les aider, ils peuvent accéder à la diffusion de la messe et de temps de prières par les canaux video suivants. Prieuré d'Anvers :www.youtube.com/c/FSSPXAntwerpen et Eglise Saint-Joseph à Bruxelles : https://www.youtube.com/channel/UCgsyc7ektBgx5cwkbsPE7Xw

Il y a une urgente nécessité que la société sous la conduite de ses chefs et chacun individuellement reviennent à Dieu et se convertissent : "Que l'impie abandonne sa voie et l'homme d'iniquité ses pensées, et qu'il revienne au Seigneur, car Il aura pitié de lui ; et à notre Dieu, parce qu'Il est large pour pardonner." (Isaïe 55,7). Mieux vaut recourir maintenant à la Divine Miséricorde que d’avoir à subir la Divine Justice : « Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous » (Lc13,3). Ce qui est à craindre plus que tout, c’est la damnation éternelle en Enfer : la séparation d’avec Dieu pour toujours.

La deuxième partie du Carême commence : c’est le temps de persévérer dans la prière, la pénitence, et l’exercice de la charité fraternelle. La communion spirituelle, l’adoration eucharistique, le chapelet et même le Rosaire quotidiens, l’Angelus, les litanies des Saints, l’exercice du chemin de croix, le jeûne et l’aumône sont autant d’excellentes œuvres pour ces temps difficiles. Il faut prier aussi pour les victimes et leurs familles, pour tous les personnels soignants, pour les autorités tant civiles et ecclésiastiques.

Abbé Patrick Duverger
Supérieur de district

Le 19 mars 2020