Des médecins polonais contestent l’interdiction de communier sur la langue

26 Octobre, 2020
Provenance: fsspx.news

L’on se souvient que 21 médecins autrichiens avaient écrit à la conférence épiscopale autrichienne au mois de mai pour protester contre l’interdiction de donner la communion sur la langue. Des médecins polonais ont accompli la même démarche auprès de leurs évêques.

Le 17 septembre, 27 médecins allemands avaient fait la même démarche auprès de la conférence épiscopale allemande, affirmant qu’il n’y avait « pas de raison médicale pour interdire la communion sur la langue ». Mais le texte était resté confidentiel. Toutefois, le Tagespost en avait révélé l’existence le 19 septembre.

Le 7 octobre dernier, 65 médecins et professeurs polonais ont publié une lettre ouverte dans le quotidien Nasz Dziennik, dans laquelle ils affirment que la manière de recevoir la communion debout et dans la main est plus propice à la contagion que la réception à genoux et sur la langue.

Les signataires en appellent à l’épiscopat polonais pour qu’il révise les directives actuelles en ce qui concerne la distribution de la communion durant l’épidémie. Les auteurs soulignent par ailleurs que c’est précisément pour des raisons de sécurité hygiénique que le signe de paix – qui se réalise par une poignée de mains – a été temporairement supprimé lors des messes célébrées en Pologne.

La possibilité de la communion dans la main n’a été introduite dans ce pays qu’en 2005, et elle n’a été que peu utilisée. Mais avec la survenue de la pandémie, les évêques l’ont globalement encouragée et elle est malheureusement, du jour au lendemain, devenue la norme dans la majorité des paroisses polonaises.

Différentes associations ont protesté contre ces mesures. Un archevêque polonais à la retraite, ancien ordinaire de Karaganda au Kazakhstan, Mgr Jan Paweł Lenga (né en 1950) – dont Mgr Athanasius Schneider a été l’auxiliaire –, a dénoncé avec force cette atteinte au respect dû à la sainte Eucharistie. Cet archevêque émérite résidant désormais au couvent marianiste de Licheń en Pologne célèbre depuis quelques mois la Messe exclusivement en rite traditionnel.

Mgr Lenga a rappelé que lorsque les missionnaires catholiques en URSS (dont il a fait partie) laissaient, dans certains cas particuliers, le Saint-Sacrement aux fidèles isolés géographiquement et privés de la présence sacerdotale pendant longtemps, ceux-ci ne se communiaient jamais directement avec la main, mais, par une profonde révérence envers Notre Seigneur, utilisaient pour cela des cuillères en métal précieux.

Malheureusement, cette profonde révérence est en train de disparaître avec la banalisation de la communion dans la main. Il faut espérer que les évêques polonais sauront écouter ce double avertissement. Le premier dans l’ordre naturel, qui affirme que les fidèles seront mieux protégés de la contagion par le mode traditionnel de communier. Et le second, que leur foi et leur amour envers Jésus-Eucharistie sera préservé par ce même mode.