Document de travail du synode sur l'Amazonie : sous le feu des critiques (2)

13 Août, 2019
Provenance: fsspx.news

Après la dénonciation du document de travail du prochain synode sur l’Amazonie par le cardinal Walter Brandmüller, trois nouvelles critiques ont été formulées en juillet. La deuxième émane de Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de Noursoultan (nouvelle appellation d'Astana) au Kazakhstan .

Les critiques de Mgr Schneider ont été publiées en un document de 8 pages en allemand sur le site autrichien Kath.net, le 17 juillet, et le lendemain en anglais sur LifeSiteNews.

Vers une secte catholico-amazonienne

Tout comme le cardinal Müller, il affirme que le synode est préparé par une pseudo-élite cléricale européenne qui souhaite créer « une secte catholico-amazonienne » – pratiquant l’adoration de la nature et en faveur d’un sacerdoce féminin. Ces réformateurs, principalement d’origine européenne, « veulent réellement une nouvelle confession chrétienne ».

Mgr Schneider dénonce les propos récents de Mgr Erwin Kräutler, ancien évêque de Xingu (Brésil) et l’un des principaux artisans du prochain synode, sur la chaîne de télévision autrichienne ORF, où ce dernier réclamait un sacerdoce pour hommes mariés et « au moins un diaconat féminin », en raison du manque de prêtres dans la région amazonienne. Mgr Schneider contredit son confrère, affirmant qu’il n’y a pas de « droit à la Sainte Eucharistie », et que « le sacrement de l’Eucharistie est le don ultime de Dieu ». Le véritable scandale, déclare-t-il, est « le fait qu’au cours des dernières décennies en Amazonie, des actions pastorales intensives pour encourager les vocations n’aient pas été lancées. »

L’évêque auxiliaire d’Astana souligne que, durant cette période, « certains missionnaires en Amazonie se sont détournés du véritable esprit de Jésus-Christ, des apôtres et des saints missionnaires ; au lieu de cela, ils se sont tournés vers l’esprit de ce monde ». Et « ceux que Mgr Kräutler et nombre de ses compagnons de route demandent maintenant, sont plutôt des prêtres caricaturaux, avec l’aspect de travailleurs humanitaires, d’employés d’ONG, de syndicalistes socialistes et d’éco-spécialistes. »

Mgr Schneider fustige les ecclésiastiques qui participent maintenant à la préparation du synode amazonien. Il déclare que, souvent déjà, « en abusant du nom de Jésus et de la sainte charge épiscopale et sacerdotale, des missionnaires et même des évêques ont prêché en Amazonie principalement un évangile de la vie terrestre, un évangile de l’estomac, et non un évangile de la Croix ; un évangile de l’adoration de la nature, de la forêt, de l’eau, du soleil, un évangile de l’adoration de cette si brève vie matérielle et terrestre. »

Au sujet du pape qui présidera le synode, Mgr Schneider rappelle qu’il a « le devoir strict que lui a conféré Dieu » de préserver « l’héritage apostolique du célibat sacerdotal » et de transmettre cet héritage « à son successeur et à la génération suivante ». Car « il ne peut soutenir d’aucune manière – par son silence ou par une conduite ambiguë – le contenu manifestement gnostique et naturaliste de certaines parties de l’Instrumentum laboris, pas plus que l’abolition du devoir apostolique du célibat sacerdotal ». Mais, lucide, le prélat kazakh ajoute : « si le pape le faisait quand même lors du prochain synode, il violerait gravement son devoir de Successeur de Pierre et de Vicaire du Christ et provoquerait une éclipse spirituelle dans l’Eglise. Mais le Christ, l’invincible Soleil de vérité, dissipera cette brève éclipse en envoyant à nouveau à son Eglise des papes saints, courageux et fidèles, car les portes de l’enfer ne peuvent vaincre le rocher de Pierre (cf. Mt 16, 18). »

Cette inquiétude est également exprimée par la journaliste de LifeSiteNews, Maike Hickson. A la fin de sa synthèse des critiques de Mgr Schneider, elle rappelle que « la plupart des pères synodaux seront issus de la région amazonienne », en sorte que « certains évêques plus conservateurs de régions telles que l’Asie, l’Europe de l’Est et l’Afrique, ne seront pas en mesure de contrebalancer les idées les plus progressistes. »