Le retour à Dieu par Marie

08 Février, 2020
Provenance: fsspx.news

Le but et la fin de notre existence est notre retour à Dieu. Pour atteindre cette destination, nous devons saisir les moyens que Dieu nous donne, afin de ne pas défaillir en cours de route ou devenir la proie de l’ennemi.

Fort heureusement, ce retour à Dieu se déroule par le même chemin qu’Il a Lui-même choisi en venant à nous. Marie est ce moyen et ce chemin. Marie est l’unique échelle vers le ciel. En effet, si elle est la dernière marche de cette échelle descendante, de Dieu vers nous, elle est alors aussi le premier échelon de notre ascension vers Dieu. Tel est le sens de l’axiome : per Mariam ad Jesum - à Jésus par Marie.

Saint Anselme explique cela dans une magnifique prière :

« Par toi, ô glorieuse Dame, nous devenons dignes de monter vers ton Fils Jésus, qui a daigné descendre jusqu’à nous, par toi-même. Par toi, ô Sainte Vierge, nous pouvons arriver à la gloire de Celui qui, par toi, est venu à nous dans notre misère » (Prière 54, PL 158, pp. 960-961). A cet égard, Saint Bernard dit que dans nos « voyages en cette terre étrangère, nous avons une bonne avocate qui nous a précédé, et qui, en tant que Mère du Juge et Mère de Miséricorde, intercède pour nous par son humble et efficace plaidoyer en matière de salut » (Deuxième sermon pour le dimanche dans l’octave de l’Assomption de la BMV, PL 183, p. 431).

L’Immaculée elle-même le confirme lorsqu’elle déclare à Fatima que son Cœur Immaculé est notre refuge et le chemin qui nous mène à Dieu. Après son Fils incarné, Marie n’est-elle pas la première créature qui revient à Dieu ? Oui, elle n’est pas seulement la première, mais elle nous englobe également en elle-même dans son union à Dieu. Elle est l’image immaculée, le prototype de tous les rachetés. En outre, elle est en quelque sorte la représentante de tous les rachetés, selon la remarquable sentence de saint Thomas d’Aquin : « A l’Annonciation, le consentement de la Vierge a été demandé en lieu et place de celui de la nature humaine tout entière » (Somme théologique III, q. 30, art. 1). Le pape Pie XII dans son encyclique Mystici Corporis le confirme par ce commentaire lapidaire : « Elle a donné son consentement au nom de toute l’humanité ».

Le retour du monde à Dieu commence donc par une nouvelle alliance de Dieu avec l’humanité. Cette union divine n’a cependant pas lieu immédiatement avec l’humanité dans son ensemble. Dieu a choisi de passer par Marie et, par ce moyen, il rétablit la paix entre Dieu et l’homme. Ainsi, Dieu ratifia cette nouvelle alliance, comme le font deux puissances lorsqu’elles signent un traité de paix. Marie est celle choisie par Dieu pour représenter l’humanité et, par son fiat, accueille le Verbe éternel sur terre. C’est ainsi qu’avec son consentement, le retour de toute la création à Dieu devient possible. Marie est donc notre signature sur le traité de paix de notre salut. La manière dont l’homme doit répondre à l’amour rédempteur de Dieu lui est expliquée non seulement dans les commandements de Dieu et dans l’enseignement du Christ et de l’Église (moyens objectifs de salut) ; mais il est aussi placé concrètement devant ses yeux en la personne de Marie. Son attitude doit devenir la nôtre ; sa parole, notre parole ; son fiat, notre fiat. Ce n’est que dans la mesure où j’imiterai le consentement de Marie dans ma propre vie que mon cœur sera ouvert au Christ et à sa grâce.