L’immensité de Marie selon saint Bonaventure

08 Mai, 2021
Provenance: fsspx.news
Vierge à l’enfant - Vincenzo Foppa. Saint Bonaventure est le deuxième personnage en haut à gauche.

Il est difficile de saisir la vraie grandeur de Marie. L’homme a souvent tendance à la considérer plutôt dans sa petitesse, dans son charme de Mère de l’Enfant Jésus. Pourtant, cette Vierge si belle, si humble, est plus immense que tout l’univers.

Pour comprendre un peu ce qu’est l’immensité de Marie, contemplons un peu celle de Dieu. Il est hors du temps et Il a pourtant créé le temps. Il n’a ni commencement, ni fin mais il a créé le monde avec un commencement et une fin. Il est Père engendrant la Vie, Il est Verbe engendré et incarné, Il est procession et Amour, créant la grâce pour pouvoir se donner à sa créature et refléter en elle son immensité.

Saint Bonaventure voit en Marie trois sortes d’immensité qui sont l’image de cette immensité de Dieu : « La première est l’immensité de vos bienheureuses entrailles, qui ont renfermé celui qui est immense et infini, et que ni les cieux ni tout l’univers ne sont point capables de renfermer. »

En effet si le Dieu immense a voulu habiter en Marie, dans ses entrailles, et s’enfermer pendant neuf mois en ce sein virginal, c’est parce qu’il l’a créée immense. Dieu a proportionné Marie à son Être.

Cette immensité de Marie est visible dans son Immaculée Conception. Bien qu’étant créée dans le temps, elle fut cependant conçue hors du temps, avant même son commencement. C’est en raison de l’incarnation du Dieu immense que Marie devait dès le début refléter cette immensité.

Ayant pu contenir son Dieu, elle peut, dorénavant, nous contenir tous en ses chastes entrailles spirituelles.

Saint Bonaventure poursuit en contemplant l’immensité de « son esprit et de son Cœur ; car si votre ventre sacré est immense, combien davantage votre Cœur virginal ! » En effet si Dieu, Esprit immense, a décidé de prendre la chair de sa créature pour se faire une humanité, il fallait auparavant que cette Épouse soit aussi immense de cœur et d’esprit pour le contenir, sans cependant, le comprendre entièrement.

Ainsi, en Marie, son intelligence et sa volonté ont été créées immenses afin de pouvoir rayonner et refléter l’immensité Divine. Cet Esprit unique qui engendre éternellement le Verbe, continue son acte éternel d’engendrement en Marie, en cet esprit créé mais cependant immense.

Cette volonté immense de Marie retourne tout au Père comme le Verbe immense est au Père. Et cet Amour infini et immense, qu’a le Père pour le Fils et le Fils pour le Père, cet Amour qui est immense et Personne divine, reproduit aussi, en Marie, en son Cœur et en son âme, un écho quasiment infini.

Ainsi, l’immensité de la Trinité habitant en Elle, « nécessite, dit saint Bonaventure, que la grâce et la charité qui le remplissent soient immenses » : troisième immensité. C’est pour cette raison que Marie, étant sur le point de contenir en elle l’Auteur de la grâce, l’ange Gabriel la salue par ce titre qui manifeste son immensité : « Pleine de grâces », elle est unique dans cette plénitude immense.

Cette immensité de grâces a été créée pour Dieu d’abord, pour pouvoir le contenir, et puis pour nous. Dieu nous a donné son Fils unique, et avec lui son immensité de grâces. Celle qui est plus immense que tous les anges, que tous les saints, cette immensité est notre Mère – Magna Mater.

Quelle joie immense ! Le découragement ne peut tenir en face d’une telle splendeur donnée à la race humaine. Ô Mère et Reine incommensurablement grande, affermissez notre confiance en Vous !