Marie, Reine de tout apostolat

30 Mai, 2020
Provenance: fsspx.news

Tout apostolat dépend absolument de la grâce : arracher les âmes à Satan ne peut se faire que par la grâce ; faire vivre une âme de la vie de Jésus-Christ exige absolument le concours de la grâce.

L’homme qui évangélise et l’homme qui est évangélisé ont tous deux besoin de l’aide de la grâce : au premier, il faut une série infinie de grâces pour le préparer à sa mission apostolique, des grâces pour éclairer, des grâces pour obtenir la conversion, des grâces pour assurer la persévérance. A l’âme à évangéliser, il faut une grâce pour rencontrer un apôtre, des grâces de lumière, de force, de docilité, etc.

Mais toutes ces grâces, c’est Marie qui en est la médiatrice. Sans son concours, nul pécheur ne pourrait passer de la mort spirituelle à la vie divine ; nul juste ne pourrait monter d’un degré vers la sainteté ; nul missionnaire, en dépit de son éloquence, de sa science, de son habileté, ne réussit à convertir une âme.

Tout vrai apostolat est l’œuvre de la grâce. Toute grâce suppose une intervention de Marie. Depuis le jour de son Assomption, toutes les âmes qui ont été converties ou sanctifiées ou le seront jusqu’à la fin du monde par les douze apôtres et leurs collaborateurs, par la foule innombrable des prêtes, de religieux et de religieuses – toutes ces multitudes que nul ne peut dénombrer, qui se sauveront – toutes sans aucune exception devront leur gloire et leur béatitude à la Médiatrice de toutes les grâces.

Marie est notre mère. Toute mère est le premier apôtre de son enfant : elle a pour mission de préserver le petit être du péché et de le faire vivre de la vie surnaturelle. Si elle le confie à d’autres éducateurs, ceux-ci ne sont que ses aides : elle reste la première responsable de cette mission.

A plus forte raison Marie est-elle le premier apôtre de ses enfants, car elle est leur Mère surnaturelle, sa maternité consiste tout entière à donner la vie surnaturelle. Que fait elle, en effet, en tant que Mère ? Elle nous appelle à la vie de Jésus, elle nous enfante à cette vie ; elle la préserve, elle l’entretient, elle nous y fait croître jusqu’à la perfection.

Les apôtres, les missionnaires, les âmes apostoliques ne sont que des aides dont Marie se sert comme instruments dans ses mains immaculées afin qu’elle puisse être en eux et par eux corédemptrice et distributrice de toutes les grâces : « recourant à la miséricorde de Marie, il faut que chaque fidèles examine de nouveau, avec une résolution digne des grands mouvements de l’histoire humaine, quelle contribution apporter à l’œuvre salvifique de Dieu pour secourir un monde qui s’achemine, comme c’est le cas aujourd’hui, vers sa ruine » (Pape Pie XII, allocution du 10 février 1952).