Missionnaires : le prix à payer

06 Janvier, 2021
Provenance: fsspx.news
Le siège de la Congrégation pour la propagation de la Foi au Vatican

L’année 2020 a vu la mort de vingt missionnaires catholiques, tués dans l’exercice de leur ministère : parmi eux, six laïcs engagés dans des fonctions pastorales. Au cours des vingt dernières années, cinq cent trente-cinq agents pastoraux ont été tués dans le monde, dont cinq évêques.

Chaque année, Fides – agence d’informations dépendant de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, anciennement pour la propagation de la foi – publie un rapport faisant le point sur les missionnaires catholiques ayant perdu la vie de façon violente, que ce soit ou non en haine de la foi.

Ainsi, en 2020, huit prêtres, un religieux, trois religieuses, deux séminaristes, six laïcs, soit vingt personnes en tout, ont été tués.

Le continent américain détient le triste record annuel du nombre d’agents pastoraux morts, avec cinq prêtres et trois laïcs, dans un contexte de violences sociales où les membres de l’Eglise apparaissent comme des cibles faciles.

Puis vient l’Afrique, avec les meurtres d’un prêtre, trois religieuses, un séminariste et deux laÏcs, tombés le plus souvent sous les coups de l’islamisme.

En Asie, un prêtre, un séminariste et un laïc ont trouvé la mort ; en Europe, un prêtre et un religieux.

Au cours des vingt dernières années, Fides estime à cinq cent trente-cinq le nombre de missionnaires catholiques tués dans le monde, dont cinq évêques.

Comme le note Fides, à la liste des victimes, il faudrait en ajouter une autre, beaucoup plus longue, qui comprend les agents pastoraux ou les simples catholiques agressés, battus, volés, menacés, kidnappés, tués, ainsi que celle des structures catholiques endommagées, vandalisées ou pillées.

Ainsi, le site portesouvertes.fr annonce, pour l’année 2020 : plus de 260 millions de chrétiens sont fortement persécutés dans le monde. L’Index publié par cette institution dénombre 9500 attaques contre des lieux de culte et des institutions religieuses.

Il est à noter que cet Index compte comme chrétiens tant les catholiques, que les orthodoxes ou les protestants, ainsi que les églises évangéliques. Il n’en reste pas moins que ces chiffres, en forte augmentation par rapport aux années précédentes, montrent une persécution en constante augmentation.