Prise de soutane au Séminaire Saint-Curé d’Ars de Flavigny

04 Février, 2021
Provenance: fsspx.news

Cette année, la cérémonie de prise de soutane, fixée traditionnellement au 2 février, en la fête de la Présentation de l’enfant Jésus au temple, s’est déroulée dans l’intimité, crise sanitaire oblige.

Alors que l’assistance déborde habituellement de l’église, elle s’est trouvée fortement réduite. En effet, seuls les membres de la famille proche étaient autorisés à assister à cette cérémonie bien émouvante dans la vie d’un séminariste : prendre la livrée du Christ et marquer, par cet habit, son appartenance toute particulière à l’Eglise.

Ce mardi 2 février 2021, Mgr Alfonso de Galarreta a donc revêtu 20 séminaristes de l’habit distinctif du futur prêtre, dont nos contemporains ont souvent oublié jusqu’au nom : la soutane. C’est ainsi qu’un Anglais, un Belge, un Brésilien, un Espagnol, quatorze Français et deux Suisses ont reçu de ses mains cet habit noir, synonyme de renoncement au monde.

Dans son homélie, le célébrant a d’ailleurs rappelé avec force et insistance la signification de l’habit clérical : le don total et entier de soi-même à Jésus-Christ dans un acte de charité, qui implique nécessairement le sacrifice et le renoncement.

Reprenant les nombreux avertissements de Notre-Seigneur dans l’Evangile, le pontife a insisté sur la mort à soi-même, citant notamment cette parole : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » (Jn 12, 24-25)

Plusieurs des jeunes lévites reçurent l’habit sous les yeux d’un frère prêtre ou religieux. Il est aussi notable que cette année a illustré les écoles de la Fraternité, puisque les écoles de Marlieux, Bitche, Saint-Bernard, Saint-Joseph-des-Carmes, Etcharry, Saint-Michel et Sainte-Marie avaient un ou plusieurs anciens dans cette année de spiritualité.

Rendons grâces à Dieu pour cette belle « promotion », et continuons à prier pour que le Seigneur envoie toujours davantage d’ouvriers dans sa moisson.