La Charité

N°135 - SOMMAIRE : Catéchisme de la Somme théologique : la Charité. La pratique de la charité chrétienne d’après Saint Vincent de Paul. Mgr Lefebvre : Qu'ils trouvent chez vous une assistance compréhensive. Spiritualité : Retraite avec Saint Jean, L’Esprit de Vérité et d’Amour. Catéchisme de Saint Pie X : Le pape et les évêques. Sur la question d’un pape hérétique. Restauration des 9ème et 10ème stations du chemin de croix. Entretien du Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X. Nouvelles de l’Eglise et du monde. Chronique du prieuré.

La vertu théologale de Charité

« Parce que l’iniquité abondera, la charité de beaucoup se refroidira1 », annonce Jésus, en évoquant la fin des temps, peu avant sa passion et sa mort en croix qui sont le parfait témoignage de son amour infini pour nous2.

Prenons garde pour n’être pas de ceux dont la charité se refroidira parce qu’ils auront succombé à la tentation du temps présent. Cette tentation vient du triste spectacle de l’iniquité qui envahit non seulement ce monde dont Satan est le prince mais encore le temple saint devenu en tant de lieux et en trop de ses ministres, comme des pâturages d’Asmodée et des cloaques d’impureté, selon les mots de la Sainte Vierge à La Salette, en 1846. Pour résister à la tentation du temps présent, il faut plus que jamais, veiller et prier sans cesse.

L’acédie ou la paresse spirituelle est l’un de ces péchés contre la charité auxquels induit la tentation du temps présent. L’acédie est une torpeur de l’esprit qui produit un dégoût de l’action. Cette torpeur vient d’une tristesse et d’un ennui au service de Dieu parce que le combat spirituel est rude et long : On n’en voit pas le bout !

Dans l’acédie, le chrétien devient lâche et multiplie les concessions sous l’emprise du respect humain. La lassitude s’installe imperceptiblement jusqu’à provoquer le dégoût de la prière, l’affadissement de la pratique, l’abandon du combat et la capitulation. La charité refroidie n’anime plus la foi : les convictions ne sont plus assez fortes pour maintenir un comportement cohérent.

A l’inverse, l’acédie provoque un raidissement du comportement, une recherche de l’isolement par crainte d’affronter les difficultés du témoignage. On s’enferme dans des attitudes et des postures incohérentes avec la pratique de la charité missionnaire à laquelle le chrétien est pourtant obligé par le sacrement de confirmation. Pour s’excuser de son acédie, ce chrétien répète cette antique question : « Suis-je le gardien de mon frère ?3 ». La charité refroidie n’anime plus la foi : on se veut des mains tellement pures que l’on se coupe les moyens de l’action.

La contemplation de Notre-Seigneur Jésus-Christ est le premier remède à l’acédie. Jésus, lui aussi fatigué du chemin, s’est laissé tomber auprès du puits où il rencontre la Samaritaine4. Sa charité débordante pour son Père le stimule à témoigner de la vérité auprès de cette femme, elle aussi fatiguée de sa pauvre vie. Sans la charité, la foi est morte ; sans la charité, l’espérance s’évanouit ; sans la charité pratiquement exercée auprès du prochain, la vie du chrétien n’a plus de sens. Au contraire, « la charité se réjouit de la vérité, elle croit tout, elle espère tout5 ». Des trois vertus théologales —foi, espérance et charité— la plus grande est la charité car elle demeure éternellement. Mais ici-bas, elles sont données pour aller de pair, s’enrichir mutuellement et élever le chrétien au sommet de la sainteté méritée dans le combat spirituel contre la chair, le monde et Satan.

Si l’iniquité abonde au point d’étendre toujours plus ses tristes ténèbres sur l’humanité, alors la grâce de Dieu surabonde6. Il est temps alors pour les disciples de mieux connaître Jésus, de mieux le contempler et de mieux l’aimer. Il est temps de se laisser saisir par la joie de la charité, la joie de l’espérance et la joie de la foi, par cette joie qui a submergé les disciples d’Emmaüs, au soir de Pâques, au point d’inviter Jésus en ces termes : « Restez avec nous, Seigneur, car il se fait tard et déjà le jour décline7 ».

Abbé Patrick Duverger, Supérieur de District

  • 1. Mat. 24,12
  • 2. Jn 15,13
  • 3. Gen. 4,9
  • 4. Jn 4,6
  • 5. I Cor. 13,6
  • 6. Rom 5,20
  • 7. Lc. 24,29