Octobre, Mois du Rosaire

N° 148 - SOMMAIRE :
- Editorial
- Vie spirituelle : Le Rosaire : un Moyen de sanctification ?
- Catéchisme : Introduction à la doctrine chrétienne
- Histoire : Jeanne de Chantal et le meurtrier
- Pédagogie : L’amour de la Très Sainte Vierge Marie

« Le recours à Marie est d’une très grande nécessité. Le peuple chrétien doit l’implorer pour qu’elle lui montre sa miséricorde, sa force et sa grâce. »

Éditorial

« Dieu, écrit saint Louis-Marie Grignon de Montfort, veut révéler et découvrir Marie, le chefd’oeuvre de ses mains dans ces derniers temps ».

« Marie, ajoute-t-il, doit éclater plus que jamais en miséricorde, en force et en grâce dans les derniers temps :
En miséricorde, pour ramener et recevoir amoureusement les pauvres pécheurs et dévoyés qui se convertiront et reviendront à l’Église Catholique.
En force contre les ennemis de Dieu, les idolâtres, schismatiques, mahométans, juifs et impies endurcis, qui se révolteront terriblement pour faire tomber, par promesses et menaces, tous ceux qui leur seront contraires.
Et enfin elle doit éclater en grâce, pour animer et soutenir les vaillants soldats et serviteurs de Jésus-Christ qui combattront pour ses intérêts ».

L’histoire de l’Église nous montre en effet la puissance d’intercession de Marie lorsque les périls les plus imminents, tels que les hérésies, les schismes ou les invasions, menacent la barque de Pierre. Chaque fois en effet que le peuple chrétien s’est mis à genoux pour implorer l’intercession de sa mère.

Marie a toujours montré à ses enfants sa puissance de médiation auprès de Dieu en intervenant victorieusement. L’histoire nous le démontre à l’occasion de la bataille de Lépante, de celle de Vienne, des apparitions à saint Dominique ou à saint Ignace de Loyola.

Dans le contexte de crise sans précédent dans lequel nous sommes plongés, le recours à Marie est d’une très grande nécessité. Le peuple chrétien doit l’implorer pour qu’elle lui montre sa miséricorde, sa force et sa grâce.

Quelle est donc la prière la plus efficace pour recourir à Marie ?

Regardons la manière dont les anges s’adressent à elle. Ce sont les plus beaux exemples, eux qui la contemplent sans cesse au Ciel :
« Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes » prie l’Archange Gabriel.

Cette salutation de l’archange nous a donné la grâce par excellence, Notre Seigneur Jésus-Christ, dans un contexte difficile pour la religion mosaïque. Marie a été touchée et surprise par cette délicatesse angélique. Elle a prononcé son « fiat » et le monde fut sauvé. Cet exemple doit nous encourager à développer notre dévotion au chapelet par lequel nous saluons Marie en prononçant les mêmes paroles que le saint Archange.

Saint Louis-Marie Grignon de Montfort relève d’ailleurs les avantages de cette dévotion : « elle nous élève insensiblement à la connaissance parfaite de Jésus-Christ, elle purifie nos âmes du péché, elle nous rend victorieux de tous nos ennemis, elle nous rend la pratique des vertus facile, elle nous embrase de l’amour de Jésus-Christ, elle nous enrichit de grâces et de mérites, elle nous fournit de quoi payer toutes nos dettes à Dieu et aux hommes et enfin nous fait obtenir de Dieu toutes sortes de grâces ».

Que le rosaire augmente notre dévotion envers notre Reine. Dans les temps difficiles que nous vivons, cette dévotion est un gage de grâce et de salut. Elle est la force et l’espérance de l’âme chrétienne. Elle est le remède à l’ignorance et à l’hérésie. Elle est l’assurance de la victoire. « Il est bien reconnu, enseigne Léon XIII, que cette formule de prière est particulièrement agréable à la Sainte Vierge, et qu’elle est surtout propre à la défense de l’Église et du peuple chrétien en même temps qu’à attirer toutes sortes de bienfaits publics et particuliers ».

Puissions-nous faire rayonner le rosaire pour le triomphe du Coeur Immaculé de Marie.
 

Abbé Michel Poinsinet de Sivry
Supérieur du District de Benelux