Un livre à scandale risque de parasiter le prochain sommet au Vatican sur les abus

05 Février, 2019
Provenance: fsspx.news

Alors que les présidents des Conférences épiscopales du monde entier doivent se réunir autour du pape François le 21 février 2019, afin de réfléchir à la prévention des abus sur mineurs dans l’Eglise, un pamphlet évoquant l’influence d’un groupe de pression homosexuel au Vatican, doit paraître le même jour. 

Frédéric Martel est docteur en sciences sociales et ancien directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Cet enseignant-chercheur qui se revendique de gauche et ne cache pas son homosexualité, est actuellement professeur à l'Université des Arts de Zurich (ZHdK). 

Son dernier livre réussira-t-il à parasiter le prochain sommet sur les abus qui doit se tenir au Vatican, à partir du 21 février 2019 ? La parution en langues italienne et anglaise a, en tout cas, été orchestrée précisément pour ce jour-là. 

Sodome : pouvoir, homosexualité et hypocrisie au Vatican. Fréderic Martel annonce la couleur avec un titre racoleur. L’auteur prétend donner les noms, les dates et les faits relatifs à l’influence d’un groupe de pression homosexuel au cœur de l’Eglise. 

Contrairement à ce que le titre laisse entendre, cet aspect ne couvre qu’un chapitre d’un livre qui a surtout pour but de stigmatiser l’institution ecclésiastique, en dénonçant la « corruption financière » dont se rendraient coupables les hommes d’Eglise, et les relations jugées « sulfureuses » du Saint-Siège avec certains « régimes totalitaires ». 

Au-delà de cet ouvrage qui relève davantage de la littérature de caniveau, on se rappelle que le pape François avait lui-même, au retour des JMJ de Rio en 2013, déploré la présence d’un groupe de pression homosexuel au Vatican, ajoutant aussitôt le fameux « qui suis-je pour juger ? », qui n’a pas été sans créer une certaine équivoque et un malaise certain. 

Récemment, le 25 août 2018, l’ancien nonce aux Etats-Unis, Mgr Carlo Maria Viganò, a dénoncé l’existence d’un réseau de « prélats homosexuels » au plus haut niveau du Vatican, établissant - de concert avec d’autres hauts prélats - un lien entre homosexualité et abus sur mineurs dans l’Eglise.