Une mitaine du Padre Pio confiée au district d’Amérique du Sud

27 Mars, 2019
Provenance: fsspx.news

Le jeudi 21 mars 2019, à San Giovanni Rotondo, le supérieur du district de la Fraternité Saint-Pie X en Amérique du Sud, M. l’abbé Mario Trejo, accompagné du premier assistant et du secrétaire de district, a reçu une mitaine utilisée par le père Pio de Pietralcina pour couvrir ses stigmates. 

Il y a quelques années, le prieur de Buenos Aires, M. l’abbé Ezequiel Rubio, avait demandé au responsable des groupes de prière du Padre Pio en Argentine une mitaine qui avait protégé les stigmates du saint prêtre. Il entendait aider un jeune homme du prieuré, très malade, qui implorait du ciel sa guérison par l’intercession du Padre Pio. Muni de la précieuse mitaine, l’abbé Rubio bénit le malade qui obtint la grâce qu’il sollicitait avec ferveur. 

Depuis ce jour, les demandes pour obtenir la bénédiction avec cette mitaine se sont multipliées en Argentine, pays où le célèbre capucin fait l’objet d’une grande vénération, probablement due à l’importante immigration italienne. 

C’est ainsi que naquit le désir d’obtenir la garde de la mitaine de façon permanente, afin de mieux diffuser parmi les fidèles la piété et la dévotion propagées par le célèbre capucin. L’an dernier, une demande officielle fut déposée au sanctuaire de San Giovanni Rotondo, qui fut appuyée par l’autorité locale. 

Le 21 mars 2019, le Père Gardien a bien voulu accorder aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X la garde de cette mitaine : « En reconnaissance du patient labeur accompli par l’abbé Rubio et ses confrères, pour la persévérance avec laquelle ils ont diffusé le message et la spiritualité du Padre Pio, ainsi que pour maintenir sa charité envers les malades et les personnes qui souffrent ou qui vivent dans des situations de précarité ». 

Dans un communiqué, le Supérieur de district exprime sa gratitude au sanctuaire de San Giovanni Rotondo. Le Padre Pio (1887-1968) demeure un exemple de prière et d’abnégation de soi, mais aussi de dévotion au saint sacrifice de la messe – il refusa tout changement dans la liturgie – et de piété mariale. Fidèle au chapelet quotidien, il brilla par le ministère de la confession et par l’exercice de la charité fraternelle. Il fonda notamment un hôpital destiné à soulager la souffrance des pauvres et des malades. 

Gratifié des stigmates à l’instar de saint François, le capucin est aussi un exemple de sainteté sacerdotale et de renoncement. Il exprime comment le prêtre, en s’offrant comme victime à chaque messe, célèbre un vrai et authentique sacrifice.